(Sur)Vivre en milieu capitalistique

Temps de lecture : 4 min

Vous pouvez l’écouter directement sur le podcast si vous êtes en voiture c’est plus prudent
Tout a commencé un vendredi soir au moment de l’apéro, lorsqu’un ami d’enfance nous a proposé de faire un stage de survie …
Cet article est écrit suite à un stage de formation à la survie en milieu forestier, il est donc possible que vous le retrouviez sur d’autres sites…
Je m’appelle Morgan, je suis quarantenaire, chef d’entreprise et entrepreneur dans l’âme, marié, 2 enfants et il est important de préciser que je n’ai JAMAIS fait l’armée.
Ma vocation, remettre la finance au service de l’Homme, et non l’inverse !
Alors quel est le rapport entre le métier de conseiller en gestion de patrimoine, expert en organisation patrimoniale, spécialiste en économie d’impôts et un stage de (sur)vie en milieu forestier ?
Qu’est ce qui m’a poussé à effectuer ce type de stage ?
Quels sentiments, quels ressentis, quelles leçons (ou pas), ai-je retirer de cette aventure ?
Et surtout quelle analogie existe t il avec mon métier ?
Je vous propose d’aborder cette aventure aussi simplement qu’elle s’est déroulée.
Nous sommes donc un vendredi soir à l’apéro entre copains, lorsque le plus sage d’entre nous, lance cette idée…
« Les gars, que diriez vous de faire un stage de survie ? »
Les réactions ont été bon train :
«  Ca y est tu craques ! »
«  Ta semaine a été trop intense ! »
«  Stage de survie ? On n’est pas en guerre »
«  Dormir dehors ? Sans rien ? » … et j’en passe …
La graine était planté, mais qu’est ce que c’est exactement un stage de survie ?
Direction notre ami google, et là … SURPRISE !
Les multitudes de stages se révèlent sur mon écran, youtube s’emmêle, et là, des mots comme « survivalistes » «  buschcraft » apparaissent.
J’avoue qu’un temps de flottement s’est installé dans mon esprit, quand je dis un temps de flottement, je veux dire des interrogations.
Mais pourquoi font ils cela ?
Aller dormir dans les bois avec très peu de matériel, moi qui ai fait une fois du camping (quand j’avais 13 ans) Quel plaisir existe t il à aller en forêt avec … pas grand chose, et même pas une toile de tente ?
JE NE COMPRENDS PAAAAAAAAS !!!!!!!
Mais, je m’interroge, donc je continue à creuser…
Donc, me voilà parti à échanger avec le firesteel (allume feu métallique, crée des étincelles) de notre équipe de copains, le plus surprenant dans tout ça, était son regard et sa détermination lorsqu’il nous a parlé de David Manise… Mais qui est ce personnage ?
(Découvrez le ici : http://davidmanise.com/)
Et là, il nous décrit son cheminement, et nous explique qu’il suit ce David Manise (à ce moment là, nous ne savons rien de ce personnage) depuis près d’une dizaine d’années, sa philosophie, son approche quant au fait d’avoir comme vocation de vouloir aider, accompagner, former les gens à prolonger leur vie grâce à des techniques minimalistes, efficaces, efficientes et éprouvées.
Une fois le personnage identifié, nous nous dirigeons vers son centre de formation, le CEETS (Centre d’Etudes et d’Enseignement des Techniques de Survie)
Puis, par le plus grand des hasards (il faut croire que l’alignement des planètes ou la synchronicité a joué un rôle ici) j’ai à ce moment là un nouvel ami Facebook, lui même grand baroudeur (M6 « Wild, la course de survie ») de référence en la personne de Max Philippe (https://www.facebook.com/wildmaxexplo/)
Ni une ni 2, j’envoie un message à Max pour lui demander ce qu’il pense de ce centre de formation. La réponse fut sans équivoque, c’est une bonne structure !
C’est là que tout bascule !
En découvrant la philosophie de travail et le niveau de compétence des encadrants… ben… je flippe un peu, comme un enfant…  Mais c’est plutôt bon signe car ça sous-entend que je me projette et donc que je m’inscris !
A ce moment là, pour moi, la formation commence à cet instant précis !
Et une fois que c’est dit, c’est dit ! Reculer… impossible !
Un engagement personnel et un engagement collégial car dans le même temps, notre groupe compte 8 participants !
Le 1er mail, un mail du CEETS, nous confirmant notre acceptation de devis et un lien vers un questionnaire (que je vous laisserai découvrir si vous y allez lol), pour l’instant ça rigole, tout est bon enfant, notre groupe est motivé, jusqu’ici tout va bien 😉
Puis, une fois le questionnaire rempli, un 2e mail arrive… avec une liste… et surtout des consignes, et un certificat médical, et ben là… bizarrement ça rigole moins…
Le parcours du combattant commence pour essayer de comprendre ce qui sera le mieux, le plus efficient en terme d’organisation (choix du sac, poids, répartition de la nourriture…)
Notre groupe a créé un groupe WhatsApp que nous avons baptisé week-end Bite & Couteau, les échanges vont bon train avec une énergie incroyable, est ce que cela va durer ?
La préparation et l’attente ont duré près d’1 mois, nous nous sommes fait mettre en boîte par nos épouses, et même des paris ont été mis en place au sein de certaines entreprises et familles (les personnes concernées se reconnaitront, hihihihihi).
Ca y est le jour J est arrivé, ou plutôt J-1 car certains sont partis un jour plus tôt afin de passer une bonne nuit et éviter de se mettre dans le rouge en faisant presque 3h de route avant de passer 3 jours en forêt.
JOUR 1 > 9h : RDV
L’équipe des joyeux lurons arrive leur matos tout neuf sur le dos, on aurait cru une colo 😂
Nous rencontrons Julien et Guillaume, l’ambiance est à l’observation et surtout à la vérification du matériel.
… Je pourrai vous décrire ce que nous avons fait durant ces 3 jours (niveau 1 et niveau 2) mais je pense qu’il est encore mieux d’aller le découvrir vous même 😉 !
Alors, quel est le lien avec mon métier ? Pourquoi une personne qui met ou remet de l’ordre dans les patrimoines aimerait se confronter à un retour aux sources ?
Pour une simple et bonne raison, voir une raison essentielle, parce que l’organisation patrimoniale respecte les mêmes règles que la survie :
  • être attentif = On ne fait que ce que l’on comprend,
  • se mettre en sécurité = Evaluer son profil au risque si vous désirez connaître le vôtre, c’est ici qu’il faut cliquer
  • respirer = avoir une réserve de trésorerie
  • maîtriser sa température = lorsque le risque est trop important on en diminue l’exposition
  • s’hydrater = produire une source de capital
  • se nourrir = revendre le capital si c’est le moment
  • conserver une bonne hygiène = garder un cap clair vers ses objectifs
  • avoir un environnement « non toxique » = se former régulièrement
L’organisation patrimoniale doit être vue comme un cycle de recyclage, mais là ce serait un peu long à expliquer, on verra ça la prochaine fois.
Mais je vais vous donner mon ressenti, durant ce stage nous avons tous fait un tour d’ascenseur émotionnel (à des moments différents), doutes, surprises, moments de détente et de rigolades, fraternité, échanges, et surtout une alternance entre théorie et mise en pratique IMMEDIATE !
QUEL VOYAGE !
Depuis, mon objectif est d’aller plus souvent crapahuter en forêt avec les copains et surtout y emmener les enfants.
Prochaine étape, niveau 3 !!!!!! Objectif fond de poche et techniques primitives ! Hummmm ça va être bon !
Et comme on dit chez les paras « J’ai peur, mais j’y vais quand même ! »
Merci à vous l’équipe,
Julien et Guillaume de nous avoir supporter 😉
David d’avoir créer cette formation et su réunir une telle équipe !
Max, pour ton exemplarité et ta sincérité.
Et je ne peux oublier Martin 😉 pour avoir été aussi disponible lors de notre préparation 😉  (Alias « K »)
Morgan Zappula (synerfi.fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page